Comment gérer vos résolutions, comment atteindre vos objectifs ?

Date :
22 Janv. 2024
Rédacteur :
Françoise MADEC
Partager sur :

Etes-vous de celles et ceux qui se fixent régulièrement toute une liste résolutions ambitieuses, convaincu(e)s que cela va les aider à s’améliorer et à vivre mieux ?

Au contraire, fonctionner ainsi vous enferme le plus souvent dans une spirale infernale d’échecs et de pertes de confiance en vous.

Pourquoi échouons-nous à tenir nos bonnes résolutions ?

 

Quand on y réfléchit, ce qui est étrange avec les résolutions, ce n’est pas qu’elles ne semblent jamais fonctionner. C’est, en fait, que nous ayons pu imaginer qu’elles pourraient fonctionner.

Considérez votre vie quotidienne: vous êtes déjà tellement occupé(e) et peut-être fatigué(e). Cela ne va pas être simple de trouver du temps et de l’énergie pour appliquer vos bonnes résolutions. 

De plus, vous êtes quelque de bien, qui essaye déjà, le plus souvent de faire de son mieux. Vous êtes soucieux(se) de votre équilibre, vous savez que ce serait une bonne idée de prendre soin de vous, des autres, de la planète…

Pourtant vous ne faites que rarement du sport, vous ne méditez pas quotidiennement, vous ne faites pas grand-chose pour réduire votre empreinte carbone, organiser vos finances personnelles, prendre mieux soin de ce que vous aimez…

Au fond vous aimeriez faire tout cela, vous avez peut-être même déjà essayé une fois, dix fois, cinquante fois et vous avez toujours abandonné.

Mais voilà, vous êtes en janvier et vous vous dites à nouveau que d’une façon ou d’une autre, cette fois-ci, ça va marcher, vous allez aller appliquer toutes vos résolutions sur la durée.

Pensez-vous que cela puisse réussir ? Prendre une résolution, c’est simplement se dire fermement : « La prochaine fois, ça sera différent ». 

Vous avez l’impression de mettre de vrais changements en place, alors qu’en fait, vous ne faites rien de plus que de souhaiter plus fortement. Et bien évidemment, vous vous en voudrez beaucoup, quand vous allez échouer, et cela pourtant, va arriver tôt ou tard, si vous ne faites pas les choses différemment.

 

Vos bonnes résolutions alimentent votre manque de confiance en vous.


 Prenez un peu temps pour réfléchir à l’idée-même de bonne résolution. L’idée que vous puissiez réussir à vous transformer, simplement en le décidant très fermement, va vous paraître bien étrange.

Ainsi vous avez peut-être décidé de faire du sport tous les jours, de manger plus équilibré, de ne plus procrastiner au travail, ou d’être un(e) ami(e) toujours attentif(ve) aux autres. Lorsque vous vous imposez de telles résolutions aussi excessives que vagues, à quoi obéissez-vous, à votre envie d’aller mieux, ou à votre manque de bienveillance envers vous ?

De fait, quand vous vous imposez de telles résolutions, vous vous enfermez vous dans un piège. De tel objectifs ne sont pas atteignable et quelque soient votre bonne volonté et vos efforts, vous allez abandonner tôt ou tard. Sans même vous en rendre compte, en vous fixant de tels objectifs, vous obéissez à votre manque de confiance en vous et vous vous autosabotez. Au lieu de vous améliorer, non seulement vous n’allez rien changer dans votre vie, mais en plus vous allez abimer la relation à vous-même.

De plus, quand vous décidez que pour avoir une vie plus agréable, vous devez « travailler » sur vous et vous améliorer en tant que personne, c’est que sur le fond, vous vous jugez bien durement.

Et si c’était la mauvaise opinion que vous avez de vous-même qui vous empêche d’avoir une vie épanouissante et non la quantité de sport, bénévolat, méditations, formations… que vous effectuez ?

 

Vos bonnes résolutions vous empêchent de vivre dans le présent

 

L’autre inconvénient des résolutions est qu’elles diminuent votre capacité à profiter du présent. Ainsi vous pouvez décider de faire au moins 30 minutes de sport tous les jours, par ce que vous êtes convaincu(e) que cela vous aidera à rester en bonne santé plus longtemps. Mais qu’allez-vous devoir sacrifier maintenant, pour avoir le temps et l’énergie nécessaires pour respecter votre résolution.

En fait, vous pouvez choisir de prioritiser la suite de votre vie, vous pouvez décider que ce qui est important pour vous c’est de faire des efforts pour obtenir un meilleur travail, un corps plus mince, plus d’ami(e)s…plus tard.

Ces objectifs sont tout à fait respectables mais êtes-vous certain(e)s de devoir d’abord les atteindre d’abord, pour vous sentir heureux(se) et en accord avec vous-même. Vous imposer des efforts et de la discipline pour atteindre un but que vous vous êtes fixée(s), pourquoi pas. Mais si vous y concentrez toutes vos forces, vous prenez le risque de passer à côté de tout ce que vous avez déjà accompli. Vous risquez aussi de ne jamais profiter des plaisirs et opportunités qui sont déjà autour de vous.

De fait, vous répéter que vous êtes une personne qui doit changer et s’améliorer, c’est vous empêcher de vous engager pleinement dans votre vie, parce que vous n’êtes pas « encore prêt(e)s, et qu’il y a des choses qui doivent d’abord être corrigé…

Et si sur le fond cela n’était qu’une excuse pour ne pas vous lancer et vivre pleinement dès maintenant ? 

Vous avez peut-être déjà tout ce dont vous avez besoin pour mener une vie conforme à votre envie et à vos valeurs, mais vous vous concentrez sur les 10 ou 20% de choses  qui ne vous conviennent pas. Je vous propose de vous demander ce que vous ressentiriez si vous saviez que vous alliez devoir vivre jusqu’à la fin de vos jours avec ce qui, à vos yeux, est votre pire défaut, votre difficulté la plus limitante….

Que se passerait-t-il si vous saviez que vous alliez garder ce poids ou cette tendance à tergiverser qui vous fait si honte, cette difficulté à gérer les conflits, cette famille qui vous épuise… Allez-vous renoncer à vivre, ou débarrassé(e)s du besoin de lutter, de « travailler sur vous » et de vous améliorer, allez-vous enfin pouvoir profiter de tout ce qui vous entoure ?

De fait, celles et ceux qui ont delà répondu à cette question ont souvent découvert que ils/elles avaient enfin le temps et l’énergie nécessaire pour faire ce qui leur plait vraiment, et, ironiquement, qu’ils/elles trouvent souvent plus facile de changer les problèmes qui les dérangent. Mais si votre vie est vraiment vide de sens et de plaisir et que vos difficultés vous gâchent votre quotidien, comment gérer efficacement les changements à mettre en place ?

 

Gérer efficacement vos objectifs 

 

Adoptez le Kaizen : La stratégie des petits pas

 

La clé du kaizen réside dans la volonté de ne jamais vous brusquer pour éviter l’écueil trop connu des tentatives de changements radicaux: On démarre sur les chapeaux de roue mais on s’essouffle très vite, et on abandonne encore plus vite. 

Le fait est que, biologiquement, nous ne sommes pas fait pour les changements radicaux. Dans notre cerveau, les amygdales s’empressent de déclencher une alerte rouge si elles perçoivent toute rupture brutale dans nos habitudes, qu’elles associent à un danger grave. Nous nous retrouvons alors à paniquer et bien entendu, nous revenons pour nous rassurer, à nos bonnes vieilles mauvaise façons de faire.

Si on ajoute à cela notre tendance à sous-estimer les contraintes et obstacles qui nous attendent pour réaliser notre objectif, ce n’est pas surprenant d’arriver à un échec total. 

Pourtant, notre cerveau est capable de nouveaux apprentissages. C’est de fait le rôle de l’hippocampe. Les secret d’un changement réussi est d’introduire de la nouveauté sans surprendre, et donc agresser notre cerveau. 

Pour y arriver, il nous faut commencer par définir un objectif. Elle oblige donc à se poser pour réfléchir et comprendre ce que l’on veut changer, faire évoluer ou améliorer dans notre vie.

Ce n’est qu’une fois que l’on a une vision précise de son objectif (idéalement on est capable de s’y projeter ou de se faire le film de notre futur succès), que l’on peut passer à la seconde étape: le décomposer en de (très) petites tâches.

  

Fixez-vous des objectifs clairs.

 

Prenez d’abord le temps réfléchir aux choses que vous aimeriez faire ou que vous voulez changer dans votre vie, puis définissez:

• Vos objectifs à court terme (des choses sur lesquelles vous aimeriez travailler au cours des deux prochaines semaines ou des prochains mois),

• Vos objectifs à long terme (des choses que vous aimeriez être en mesure de faire dans six mois ou un an),

Beaucoup d’entre nous limitent leur vie en ne faisant pas certaines choses par peur, incertitude, et surtout par manque de confiance en eux/elles. Pour vous aider à définir vos objectifs, voici une bonne question à vous poser:

Quelle est l’action quotidienne que vous êtes vraiment sûr de pouvoir faire, même dans vos jours les plus durs ?

 Ensuite, fixez-vous des objectifs clairs et concrets. Par exemple, prévoyez de faire une randonnée les samedi à 11 heures ou d’éteindre votre ordinateur les dimanches après-midi entre 14h et 18h, ou de manger une portion de légumes de plus par jour.


Par contre restez réaliste


Assurez-vous que vos objectifs sont atteignables. Si vous fixez des objectifs trop élevés, il sera impossible de les atteindre. Votre motivation en souffrira. Mais surtout cela renforcera les croyances négatives que vous avez peut-être sur vous ( « J’échoue toujours », « les autres se débrouillent mieux que moi »…).

De fait vous fixer des objectifs trop ambitieux est une forme d’autosabotage particulièrement douloureuse, puisque vous vous condamnez à ne pas les atteindre, ce qui bien sûr, renforcera votre très mauvaise opinion de vous-même.

Il s’agit, pour être efficace, de vous proposer seulement la mise en place de nouvelles habitudes, et si vous n’atteignez pas vos objectifs, c’est que ces nouvelles habitudes ne vous convenaient pas. 

”Faire de l’exercice deux fois par semaine pendant 30 minutes” est un bon objectif parce qu’il est précis, et vous saurez exactement quand vous l’aurez atteint. Mais gardez en tête que si vous ne faites de sport qu’une fois par semaine pendant 10 min, vous méritez de vous récompenser. L’important n’est pas de réussir mais d’essayer, en vous répétant que vous allez faire de votre mieux.

 

Divisez vos objectifs en petites étapes réalisables sans difficulté.

 

De nombreux objectifs peuvent être décomposés en étapes plus petites. Ces dernières doivent pouvoir être intégrées sans effort à votre quotidien de manière à ce que la transition vers votre nouvelle routine se fasse en douceur. De fait, s’il est bien pensé, le nouvel effort à intégrer à vos journées est tellement minime que cela ne vous coûtera rien.

Cela est particulièrement vrai pour les objectifs à long terme. Par exemple, si votre objectif est de développer des amitiés au travail, un premier objectif peut être de proposer à un(e) collègue d’aller boire un café avec vous, un 2ème objectif pourrait être de proposer une séance de cinéma ou de sport.

Si votre objectif est de trouver un nouvel emploi, un objectif plus modeste pourrait être de consulter les petites annonces chaque semaine.


Lancez-vous !

 

Maintenant que vous avez choisi 1 ou 2 objectifs et vos étapes pour y arriver, il est temps de vous lancer. La clé pour atteindre vos objectifs est de FAIRE ! N’attendez pas que la motivation et les envies viennent avant d’agir.

J’attends beaucoup de gens me dire qu’ils/elles ne se sentent pas assez motivé(e)s pour agir, certain(ne) m’expliquent même qu’ils/elles ont d’abord besoin de retrouver leurs envies et leur capacité à ressentir du plaisir pour se mettre en action. Mais de fait ils/elles ne vont jamais se mettre en marche et ainsi alimenter la mauvaise opinion qu’il/elles ont d’eux/elles-mêmes, ou renforcer leur mal-être.

Imaginez votre capacité à imaginer, à vouloir, à ressentir et à agir comme une pompe. Si vous attendez que cette pompe se mette en marche sans avoir eu besoin de faire quelque effort pour l’actionner, rien ne se passera. C’est en essayant des choses, en vous proposant des actions concrètes, en faisant des pas en avant, même minuscules, que vous actionner votre propre pompe et que vous allez créer et alimenter votre motivation.

 

Félicitez-vous et récompensez-vous.

 

Il n’est pas facile d’atteindre ses objectifs, il est parfois encore plus difficile de se lancer. C’est pourquoi il est crucial de fêter chacune de vos avancées et vos victoires. Pas besoin d’en faire des tonnes: vous offrir une séance cinéma, une heure de massage, un bouquet de fleur ou un verre avec des amis sont des récompenses parlantes et gratifiantes.

En vous récompensant ainsi, vous maximisez l’effet de ce que vous avez mis en place sur votre bien-être émotionnel et vous renforcez votre autobienveillance et votre confiance en vous.

 

Et que faire si vous décrochez ?

 

Les décrochages et les échecs sont inévitables. Décrocher ou échouer signifie seulement que vous avez visé trop haut ou que vous avez voulu aller trop vite (il se peut aussi que les circonstances autour de vous aient changé, et vous n’y êtes pour rien !)

Le plus simple est de revenir à la dernière étape réussie et de reprendre à partir de là, en prenant d’abord le temps de comprendre ce qui n’a pas fonctionné, pour ensuite redéfinir des étapes différentes et plus simples.

 

Quelques derniers conseils pour vous aider à fixer vos objectifs

 

Commencez petit. Mises bout à bout, les petites habitudes ou petits gestes posés jour après jour ou semaine après semaine vont transformer votre quotidien et votre vision de vous-même. .

N’essayez pas de tout faire en même temps. Choisissez plutôt 1 ou 2 objectifs à atteindre à la fois.

Soyez patient. Il faut parfois du temps pour atteindre des objectifs, surtout des objectifs à long terme. Tenez bon et persévérez !

Ne pensez pas en termes de ”tout ou rien”. Personne n’atteint tous ses objectifs tout le temps. Vous n’avez pas échoué si vous n’atteignez pas tous vos objectifs. Félicitez-vous d’avoir essayé et ce que vous avez atteint et élaborez un nouveau plan pour réaliser les objectifs restant.

De fait, les échecs sont tout aussi riches d’informations précieuses sur vos besoins et vos limites.

 

Atteindre vos objectifs est une course de fond. Cela n’est possible que si vous accepter d’être patient(e) et bienveillant(e) avec vous-même. De fait en ce début d’année 2024, je vous propose comme seule résolution, de décider d’exiger peu moins de vous-même, de choisir uniquement des petits changements, voire de décider délibérément de ne rien changer du tout et d’aller à la rencontre de tout ce qu’il y a de déjà formidable en vous.

 

 

 

 

 

  Retour